LES FONDAMENTAUX
 

 Dictionnaire des drogues, des toxicomanies et des dépendances. 2e édition. Paris : Larousse, 2004
Champ d’investigation théorique et pratique centré sur les comportements autoaliénants des êtres humains, les addictions, en particulier les pratiques de consommation de substances psychoactives pouvant engendrer des dommages et des dépendances. L’addictologie est à la croisée de toutes les disciplines qui s’intéressent à l’homme et à ses conduites (psychologie, neurobiologie, clinique...), mais aussi aux substances qu’il consomme pour s’automodifier (pharmacologie, histoire des drogues...) et aux contextes qui interagissent sur ces conduites (sociologie, géopolitique, économie, anthropologie culturelle...).
Le terme d’addictologie est beaucoup plus récent que celui d’addiction. Il consacre la naissance d’une approche commune, clinique, scientifique mais aussi politique de l’ensemble des conduites addictives. Sa naissance peut être datée, en France, des dernières années du vingtième siècle qui ont vu les rapprochements entre les professionnels des champs de l’alcoologie, de la tabacologie et de l’intervention en toxicomanie déboucher dans la création de sociétés scientifiques (comme la Fédération Française d’Addictologie), mais aussi l’apparition du mot addictologie dans des circulaires ministérielles (notamment celle créant les équipes hospitalières de liaison et de soins en addictologie) et même dans un texte de loi, la loi du 2/01/2002 qui a instauré la création de Centres de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA qui constituent un statut d’établissement médico-social commun aux Centres spécialisés de soins en toxicomanie et aux Centres de cure ambulatoire en alcoologie). La naissance de l’addictologie correspond à la conjugaison de données épidémiologiques montrant un accroissement des polyconsommations, de données cliniques indiquant de fortes similitudes entre les différentes conduites addictives et de données sociopolitiques traduisant une volonté de plus en plus large de décloisonner les approches pour globaliser et améliorer les politiques de santé publique dans ces domaines. Cette conjonction a donné une base objective à la nécessité de "dépasser l’approche par produit pour s’intéresser aux comportements de consommation" (Philippe J. PARQUET), et à la notion d’addictologie visant "au-delà du clivage par produit, à étudier les pratiques de consommation et les conduites addictives" (Michel REYNAUD).
L’addictologie ne doit pas être réduite à ses dimensions clinique (l’addictologie clinique) ou médicale (la médecine des addictions) qui n’en constituent que des parties. La multifactorialité des pratiques addictives et leurs multiples facettes ne permettent pas de les réduire à de simples comportements pathologiques et imposent une approche tout aussi multidimensionnelle de leurs déterminants, de leurs formes, de leurs significations comme de leurs conséquences sur l’individu et la société. Le "risque de l’addictologie" (Michel CRAPLET) serait en effet que les individus ne soient plus définis que par leurs comportements au regard des addictions, et de "pathologiser" des conduites qui, pour une grande part, ne constituent que des modalités de la recherche de bien-être et de lien social, commune à la plupart des êtres humains.
Il faut d’ailleurs souligner que le terme de toxicomanie est né un siècle plus tôt avec le même souci de globaliser la définition d’une conduite d’assujettissement à divers types de substance, mais que, totalement assigné à la pathologie mentale avec des notions corollaires d’incurabilité et d’asocialité, le terme de toxicomane a grandement favorisé les discriminations dont ont été (et sont encore) victimes les individus ainsi désignés (Alain MOREL).

  

 Hausse de la fiscalité du tabac et mesures du plan Tabac
Ministère des Solidarités et de la Santé - Ministère de l’Action et des Comptes publics
Agnès Buzyn et Gerald Darmanin annoncent les modalités de mise en place de la hausse de la fiscalité du tabac et précisent les mesures du plan Tabac.
Communiqué de presse du 20 septembre 2017.

 Evolution du discours public en matière de consommation d’alcool en France
Santé Publique France - Institut National du Cancer
Santé Publique France et l’Institut National du Cancer ont été mandatés le 21 juin 2016 par la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites Addictives et la Direction Générale de la Santé afin de faire des propositions pour le renouvellement du discours public sur l’alcool. Un groupe d’experts multidisciplinaires a été constitué pour élaborer des recommandations.
Avis d’experts relatif à l’évolution du discours public en matière de consommation d’alcool en France - 4 mai 2017.
Contributions dans le cadre du processus d’expertise.

 Rapport "Alcool, ville et vie nocturne" : un outil de réflexion pour réduire les risques liés à l’alcoolisation nocturne excessive des jeunes
MILDECA - Forum Européen pour la Sécurité Urbaine

 Interdiction de vapoter dans certains lieux à usage collectif

 Les politiques de lutte contre les consommations nocives d’alcool
Cour des Comptes

 Le soutien aux débitants de tabac : supprimer les aides au revenu, revoir les relations entre l’Etat et la profession
Cour des Comptes

 Fonds de lutte contre le tabac
Ministère des Affaires sociales et de la Santé

 La lutte contre le tabagisme : une politique à consolider
Cour des comptes

 Bénéfices-risques de la cigarette électronique pour la population générale
Haut Conseil de la Santé Publique
Le HCSP a publié sur son site internet une mise à jour de son avis relatif aux bénéfices-risques de la cigarette électronique ou e-cigarette étendus en population générale.
Avis.

 Programme national de réduction du tabagisme

 Plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives 2013-2017

 Plan Addictions

 Livre blanc de l’addictologie française
100 propositions pour réduire les dommages des addictions en France

 Fondements historiques et cliniques d’un rapprochement
Depuis quelques années, la France a amorcé un tournant majeur dans sa politique envers les "substances psychoactives". Sous l’égide de la notion fédératrice d’addictologie se produisent des décloisonnements conceptuels, des rapprochements entre équipes et des recompositions de dispositifs institutionnels. Ce processus n’est pas réductible à une mode passagère. Il n’est certainement pas achevé et des controverses substistent sur sa portée. Il paraît d’autant plus nécessaire d’en analyser les sources, en particulier dans le domaine clinique et à travers l’histoire parallèle de l’alcoologie et de l’intervention en toxicomanie. Cette analyse peut éclairer les enjeux de développement de l’addictologie et lui permettre de répondre aux attentes. C’est à cette condition qu’il constituera un véritable progrès.
Morel A. Fondements historiques et cliniques d’un rapprochement. Alcoologie et Addictologie 2002 ; 24 (4S) : 10S-19S.

 Les addictions, un objet spécifique de la prévention
La prévention conventionnelle comporte plusieurs impasses qui sont à l’origine de ses échecs. Elle se concentre sur le produit en tant que facteur de dangers et, surtout, elle ne prend pas en considération le besoin de mieux-être que recouvrent les consommations de substances psychoactives. Ce malentendu entache fondamentalement cette prévention, notamment envers les jeunes : la consommation des substances psychoactives, quelles qu’elles soient, répond avant tout à une recherche de satisfactions. Celle-ci est un besoin constant chez les hommes, mais n’est pas toujours reconnue comme telle, tant les activités qui y sont liées se trouvent au coeur de la question morale : jusqu’où est-il acceptable d’aller ? Une question de choix individuel, mais un choix culturellement et socialement fortement déterminé. Les consommations de substances psychoactives sont aujourd’hui constitutives du champ de l’expérience des individus, particulièrement à l’adolescence. Une expérience à borner et à limiter bien sûr, à accompagner surtout pour qu’elle prenne sens. L’auteur propose un modèle addictologique global permettant d’intégrer les dangers comme les plaisirs que comportent les drogues. Il propose aussi des voies de développement d’une prévention qui s’inscrivent dans la culture et au plus près de l’expérience individuelle.
Morel A. Les addictions, un objet spécifique de la prévention. Alcoologie et Addictologie 2005 ; 27 (4) : 325-335.

  

 Réduction des risques et des dommages liés aux conduites addictives
Audition publique à l’initiative de la FFA

 Stratégies thérapeutique pour les personnes dépendantes des opiacés : place des traitements de substitution
Conférence de consensus FFA 2004

 Réduire les mauvaises utilisations des médicaments de substitution des opiacés
Recommandations pour la pratique clinique FFA 2004

 Mésusage de l’alcool : dépistage, diagnostic et traitement
Recommandation de bonne pratique 2014
Cette RBP de la SFA a été réalisée en collaboration avec l’ANPAA et l’EUFAS.
Un chapitre intitulé "Messages-clés" a été rédigé pour être utilisé à tout moment sur le terrain.
Texte complet de la RBP "Mésusage de l’alcool"

 Dépistage et gestion du mésusage de substances psychoactives susceptibles de générer des troubles du comportement en milieu professionnel
Recommandations pour la pratique clinique 2013
RPC de la SFA, en partenariat avec la SFMT.
Texte court et Argumentaire

 Personnes âgées et consommation d’alcool
Recommandations 2013
Groupe de travail de la SFA et SFGG
Texte court et Questions

 Les mésusages d’alcool en dehors de la dépendance. Usage à risque - Usage nocif
Recommandations de la SFA 2003

 Les conduites d’alcoolisation au cours de la grossesse
Recommandations de la SFA 2002

 Les conduites d’alcoolisation. Lecture critique des classifications et définitions. Quel objectif thérapeutique ? Pour quel patient ? Sur quels critères ?
Recommandations pour la pratique clinique 2001
SFA, avec le label de l’ANAES.
Texte court

 Modalités de l’accompagnement du sujet alcoolodépendant après un sevrage
Conférence de consensus 2001
SFA, avec la participation de l’ANAES.
Texte court et Recommandations

 Objectifs, indications et modalités du sevrage du patient alcoolodépendant
Conférence de consensus 1999
SFA, avec la participation de l’ANAES.
Texte court et Recommandations